Ces courses/champions outrageusement sous-estimés

  • Messages : 280
  • Remerciements reçus 118

Réponse de Roberto sur le sujet Ces courses/champions outrageusement sous-estimés

Sea Bird écrit: Ouais... je suis grosso modo d'accord avec vous ROBERTO, mais à vous lire, j'observe rétrospectivement l'importance du défunt Prix de La Salamandre dans la progression des 2ans français. Je redécouvre que décidément les ravages commencés sous la Présidence Lagardère puis parachevés par le couple Rothschild-Romanet ne s'arrêtent pas au seul calendrier des 3 ans...

Oh que oui, la Salamandre était l'alpha et l'oméga du programme des 2 ans. D'ailleurs, il n'y a qu'à voir son palmarès : Blushing Groom, Irish River, Miesque, Hector Protector, Arazi, Zafonic, Pennekamp, Giant's Causeway, excusez du peu... Je crois qu'aucune course pour 2 an en Europe n'atteignait cette qualité.

En France, le programme des jeunes était du papier à musique : Robert Papin en juillet sur 1 100 m - Morny en août sur 1 200 m - Salamandre en septembre sur 1 400 m - Grand Critérium en octobre sur 1 600 m.
Une progressivité intelligente, logique, harmonieuse. C'est ce qu'a détruit le malfaisant Lagardère pour, j'imagine, avoir son nom associé au Grand Critérium sur 1 400 m le jour de l'Arc.
Ces saboteurs sont à vomir...:sick:
27 Jui 2020 10:39 #41

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 280
  • Remerciements reçus 118

Réponse de Roberto sur le sujet Ces courses/champions outrageusement sous-estimés

L'impératrice Zarkava a tellement éclaboussé l'année 2008 de sa classe qu'on en a un peu oublié les courses où elle ne participait pas. Quant à son éternelle dauphine Goldikova, recordwoman du plus grand nombre de victoires en Gr.I pour un cheval européen, c'est surtout la suite de sa carrière qui fera la Une, notamment son triplé historique dans la Breeders' Cup.
Pourtant, l'une de ses plus grandes victoires, si ce n'est sa plus grande, eut lieu dès son année de 3 ans. Le prix du Moulin de Longchamp 2008 restera comme l'une des éditions les plus relevées de l'histoire. Une kyrielle de champions au départ...

- Goldikova, enfin débarrassée de Zarkava qui préparait l'Arc, venait d'ouvrir son compteur dans l'Astarté deauvillais. Elle allait ensuite avoir la carrière que l'on sait, empochant la bagatelle de 14 Gr.I, record européen !
- Venu de ses vertes prairies irlandaises, Henrythenavigator était la terreur du mile outre-Manche. Le représentant de Ballydoyle restait sur quatre succès de prestige (2 000 Guinées, 2 000 Guinées irlandaises, St James Palace stakes et Sussex stakes).
- Désormais âgée de 4 ans, la tenante du titre Darjina avait dominé la distance l'année précédente (Poule d'Essai des pouliches, Astarté, Moulin de Longchamp). Cette année, elle collectionnait les deuxièmes places dans les principales courses (chose incroyable, elle terminera l'année n'ayant connu que la deuxième place, fait peut-être unique dans l'histoire des courses).
- Ce n'était pas le cas de l'étonnante Natagora, française lauréate des 1 000 Guinées de Newmarket. Elle semblait d'ailleurs aimer cet hippodrome puisqu'elle y avait remporté les Cheveley Park stakes l'année précédente, après avoir fait main basse sur le Robert Papin. Après son succès dans le classique anglais, son entourage a préféré éviter Zarkava dans le Diane pour... affronter les mâles dans le Jockey-Club ! La demoiselle ne s'en sortira pas si mal, terminant honorablement 3ème derrière Vision d'Etat.
- Concurrent sérieux, le solide Sageburg avait remporté en mai un Ispahan de qualité, devançant notamment Darjina et Literato.
- Pour compléter ce plateau de toute beauté, mentionnons enfin Paco Boy. Si l'élève de Richard Hannon n'avait pas encore ouvert son compteur de Gr.I, se contentant tout de même des importants Greenham stakes, il allait ensuite rattraper le temps perdu.

Un plateau exceptionnel, très ouvert, où chacun a sa chance. Henrythenavigator est favori mais il a tiré une place épouvantable dans les stalles et l'on sait que le parcours du mile sur la grande piste de Longchamp, dont le tournant arrive beaucoup trop vite, est biaisé.

Comme prévu, le navigateur, qui part en dehors, se rabat à l'arrière du peloton. Goldikova, elle, est idéalement placée juste derrière les leaders. Dans la ligne droite, les grands vont en découdre...

Les champions arrivent groupés, même Henrythenavigator qui a réussi à combler une partie de son retard. Les cinq premiers se tiennent en moins de quatre longueurs. Personne n'a fléchi, personne n'a déçu, chacun a couru sa valeur, sauf peut-être Natagora qui termine un tout petit peu plus loin, deux longueurs derrière la bande à Goldi.



Goldikova remporte cette course de haute lutte devant Darjina. Paco Boy, 3ème, sera ensuite disqualifié pour prise médicamenteuse et c'est Sageburg qui héritera du deuxième accésit devant le navigateur et Natagora.

Un Moulin en or pour une année en or...
Merci pour ce message de la part de : ivct
Dernière édition: 06 Juil 2020 20:47 par Roberto.
06 Juil 2020 20:40 #42

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 280
  • Remerciements reçus 118

Réponse de Roberto sur le sujet Ces courses/champions outrageusement sous-estimés

Nous avons parlé, quelques messages au-dessus, du très haut niveau du prix Ganay, course fondamentale dans le calendrier européen. Rarement une édition aura été aussi relevée que celle de 1992.

Au départ de la course, trois illustres représentants de la génération classique dorée de l'année précédente. Le superlatif n'est pas exagéré, tant le cru 1991 restera dans les annales.
De l'autre côté de la Manche, Generous avait réalisé un triplé exceptionnel : Derby d'Epsom, d'Irlande et King George. Mais il était tombé sur un os dans l'Arc, en la personne de l'inoubliable Suave Dancer. Vainqueur du Jockey-Club (le doux temps où la France avait encore un derby :pascontent: ), celui-ci était allé défier l'anglais au Curragh mais avait dû s'avouer vaincu. Après avoir repris des forces dans les Irish Champion stakes, le protégé de John Hammond avait remis les pendules dans l'Arc, dans lequel Generous s'était noyé.

Resté à l'entraînement à 4 ans, Suave Dancer fait donc sa course de rentrée dans le Ganay, mais il a fort à faire. Face à lui, point de Generous, parti au haras, mais ses éternels rivaux français.
2e du danseur suave dans le Jockey-Club, Subotica avait ensuite remporté le Grand prix de Paris puis le Niel, et faisait partie des favoris de l'Arc avant de se désister à la dernière minute. Lui aussi fait sa rentrée dans le Ganay.
Le troisième de la bande est Pistolet Bleu, vainqueur des préparatoires de l'année précédente (Noailles, Hocquart) où il avait à chaque fois devancé Subotica. N'ayant pu disputer les classiques, il avait fait sa rentrée dans le Niel, derrière Subotica cette fois, puis terminé bon 3e de l'Arc de Suave.
Tout ce beau monde se retrouve donc dans ce Ganay de très haute volée.

La course est limpide. Suave traîne à l'arrière-garde mais n'a plus le mordant de ses 3 ans et doit laisser ses rivaux en découdre dans une ligne droite de toute beauté. Après avoir longtemps mené, Pistolet Bleu voit finalement Subotica le dépasser sur le fil.


Ce sera la dernière course de Suave, qui se blessera peu après à l'entraînement. Pistolet Bleu dégainera plus vite que son ombre dans le Grand prix d'Evry et surtout dans le Grand prix de Saint-Cloud avant de mettre un terme prématuré à sa carrière. Quant à Subotica, il remportera tout simplement l'Arc, couronnant magnifiquement la génération dorée de 1991*.

* Acte fondateur, le Jockey-Club 1991 (Suave Dancer 1er - Subotica 2e) donna donc deux vainqueurs d'Arc.
Merci pour ce message de la part de : ivct
16 Juil 2020 12:04 #43

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.