Dernières nouvelles du cosmos

  • Messages : 2974
  • Remerciements reçus 3143

Dernières nouvelles du cosmos a été créé par ivct

" A la frontière entre la mer des pluies à gauche et celle de la sérénité à droite. Une région Lunaire magnifique à observer. "

Jean Marie André Delaporte‎Astrophotography/ Amateur Astronomy Enthusiasts



www.facebook.com/photo.php?fbid=46561039...46414&type=1&theater
actuanimaux.com/accueil : c'est gratuit !
25 Jui 2015 15:39 #1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3287
  • Remerciements reçus 3154

Réponse de Gribouille29 sur le sujet Dernières nouvelles du cosmos

Philae s'est réveillé, et Rosetta voit sa mission prolongée de 9 mois jusqu'en septembre 2016. L'ESA va essayer de faire poser la sonde sur la comète Tchouri. Une aventure scientifique hors du commun! :cheer:
Merci pour ce message de la part de : JNM039346, ivct
25 Jui 2015 22:44 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.


  • Messages : 2974
  • Remerciements reçus 3143

Réponse de ivct sur le sujet Dernières nouvelles du cosmos

super !! ♥
actuanimaux.com/accueil : c'est gratuit !
25 Jui 2015 23:46 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2974
  • Remerciements reçus 3143

Réponse de ivct sur le sujet Dernières nouvelles du cosmos

" Avez-vous déjà vu un arc-en-ciel ? Cet arc multicolore qui apparait lorsque le soleil brille et qu'il pleut en même temps. A cette question, la majorité des personnes répondrait sans surprise par l'affirmative. Et pour cause, ce merveilleux phénomène est heureusement assez fréquent. Beaucoup savent ainsi que l'arc-en-ciel est un phénomène optique dû à la réflexion, la réfraction et la dispersion des radiations colorées composant la lumière du Soleil à travers les gouttes de pluie.Toutefois, il y a bien d'autres choses à savoir au sujet de ces phénomènes, comme le rappelle le Huffington Post. Voici une liste de 10 caractéristiques fascinantes que certains ignorent :1 - On ne peut pas voir toutes les couleurs d'un arc-en-cielL'arc-en-ciel couvre un spectre de couleurs continu qui s'étend du rouge (à l'extérieur) au violet (vers l'intérieur). En fonction des cultures, on considère qu'il présente entre 3 et 9 couleurs. En Occident, on en dénombre généralement 7 : rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet. Mais ceci ne représente qu'une infime partie des couleurs présentées par un arc-en-ciel. En effet, le phénomène contient en réalité une infinité de couleurs (plus exactement de longueurs d'onde), plus d'un million constituant un vrai dégradé.Néanmoins, certaines d'entre elles ne sont pas perceptibles par l'oeil humain et d'autres ne sont pas assez différentes des couleurs voisines pour être différenciées, ce qui explique que notre organe ne voit qu'un nombre limité de couleurs. 2 - Deux personnes ne voient jamais le même arc-en-ciel Même si elles sont l'une à côté de l'autre, regardant vers la même direction, deux personnes ne verront jamais le même arc-en-ciel. Pourquoi ? Parce que les gouttelettes d'eau à travers desquelles passe la lumière sont constamment en mouvement. Aussi, leur aspect change et les radiations lumineuses rebondissent avec des angles complètement différents en fonction du moment. De plus, si toutes les gouttes de pluie réfractent et reflètent la lumière, c'est seulement la lumière d'une petite partie des gouttes qui va atteindre l'œil de l'observateur en fonction de sa position. L'aspect d'un arc-en-ciel dépend ainsi à la fois de la position exacte du Soleil et de celle de l'observateur. Sans oublier les capacités de perception oculaire qui peuvent varier d'un individu à l'autre. C'est pourquoi deux observateurs ne verront jamais le même arc-en-ciel. Pour les mêmes raisons, vos deux yeux ne voient donc pas non plus le même phénomène. 3 - Le ciel est plus sombre au-dessus de l'arc-en-ciel qu'en-dessous Peu de gens l'ont remarqué et pourtant, c'est tout à fait facile à constater lorsqu'on observe un arc-en-ciel. Le ciel est généralement bien plus sombre au-dessus qu'à l'intérieur de l'arc. Ceci est dû au fait que chaque goutte d'eau est une sphère et qu'elle disperse la lumière sous forme d'un disque entier, lui-même composé d'une pile de disques colorés. Mais comme ces derniers ont des diamètres différents, leurs sommets ne se superposent pas, c'est ce qui fait apparaitre les couleurs et forme l'arc-en-ciel. Néanmoins, à l'intérieur du disque global, les différents disques colorés se superposent bel et bien et créent donc du blanc, ce qui a pour effet d'éclaircir le ciel. C'est pour cela qu'il apparait généralement bien moins sombre qu'au-dessus de l'arc-en-ciel.4 - Les arcs-en-ciel apparaissent rarement à midiPour qu'un tel phénomène se forme, il faut que plusieurs conditions soient réunies, qu'il pleuve et qu'il y ait du soleil en même temps bien sûr, mais pas seulement. En effet, il faut que notre astre se trouve à un endroit précis : à moins de 42° au-dessus de l'horizon. Qu'il se couche ou qu'il monte, du moment que ses rayons frappent les gouttelettes d'eau avec un angle inférieur ou égal à 42°, un arc-en-ciel apparaitra.Plus le soleil sera bas, plus l'arc sera visible. En revanche, si l'astre est déjà haut dans le soleil, le phénomène ne se produira pas ou du moins ne sera pas visible depuis le sol. C'est pourquoi il est rare qu'un arc-en-ciel se produise à midi. Le soleil est généralement trop haut pour que toutes les conditions nécessaires soient réunies. Le phénomène est à l'inverse assez fréquent tôt le matin ou en fin d'après-midi.5 - Un arc-en-ciel peut apparaitre la nuit Si un arc-en-ciel a besoin des rayons du soleil pour se former, comment peut-il apparaitre la nuit ? Réponse : lorsque la lune pleine ou quasiment pleine pique la place du soleil. La lumière qu'elle émet frappe de même les gouttes de pluie ou d'humidité et provoque l'apparition du spectre lumineux. C'est ce qu'on appelle un arc-en-ciel lunaire ("moonbow" en anglais) mais celui-ci est bien plus pâle que la forme traditionnelle. Ses couleurs sont de même bien plus difficiles à observer car pas assez lumineuses pour exciter les photorécepteurs de l'oeil humain. Ainsi, le phénomène apparait souvent blanc. De plus, la nuit doit être bien dégagée pour que l'arc-en-ciel puisse apparaitre. 6 - Il est impossible d'atteindre la fin d'un arc-en-cielVous pouvez essayer autant que vous voulez de vous déplacer, de changer d'angle ou de demander à quelqu'un loin de vous, il est impossible d'atteindre la fin ou le "pied" d'un arc-en-ciel. Pour la simple et bonne raison que les radiations colorées qui forment le phénomène dépendent de la distance et de l'angle auxquels se trouve l'observateur. Si vous bougez, l'arc-en-ciel bouge avec vous et il en sera de même pour vos voisins aussi éloignés soient-ils. C'est pourquoi certaines légendes affirment qu'il y a un trésor caché au pied des arcs-en-ciel.7 - Mais un avion peut permettre de transformer l'arc en vrai cercle Un arc-en-ciel est un cercle centré autour d'un point très particulier appelé "point antisolaire" (en anglais "antisolar point"). C'est le point qui se trouve exactement à l'opposé du soleil et qui est marqué, lorsqu'il fait beau, par l'ombre que forme notre tête. Toutefois, on ne peut voir tout le cercle formé car la terre se met dans le chemin. Plus le soleil est proche de l'horizon, plus l'arc que l'on voit est grand. Au coucher du soleil, on peut ainsi observer un vrai demi cercle.A l'inverse, plus le soleil est haut, plus l'arc apparait petit. Mais si l'observateur prend de l'altitude en gardant le soleil dans le dos, il va être en mesure de voir davantage du cercle. En regardant vers le bas, à bord d'un avion, par exemple, on peut parfois réussir à observer un cercle entier. Cette observation reste néanmoins difficile à réaliser et rare. 8 - L'arc-en-ciel peut apparaitre sous des formes doubles, triples voire plusSi tout le monde a déjà vu au moins une fois dans sa vie, un arc-en-ciel, certains ont eu la chance d'assister à un double voire un triple arc-en-ciel. Dans certains circonstances, un arc peut être accompagné par un second qui va apparaitre inverser comparé au premier : le rouge vers l'extérieur et le violet vers l'intérieur. Ceci est dû à une double réflexion de la lumière dans les gouttelettes d'eau mais le second arc apparait généralement moins net et plus pâle. Un troisième arc peut aussi apparaitre, grâce à une triple réflexion. Il sera alors inversé comparé au second (soit identique au premier) mais encore moins visible. Comme on peut l'imaginer, observer un triple voire quadruple arc-en-ciel relève néanmoins de pas mal de chance.9 - Il est possible de créer soi-même un arc-en-ciel dans son jardin Notre ciel est loin d'être le seul lieu où un arc-en-ciel peut apparaitre. Du moment qu'il y a du soleil et des gouttes d'eau, le phénomène est susceptible de se produire. Aussi, peut-être en avez-vous déjà accidentellement créé un en arrosant votre jardin. Pour cela, il suffit de se tenir dos au soleil et d'utiliser un arrosoir qui crée une fine pluie. Un arc-en-ciel peut aussi apparaitre au niveau d'une fontaine ou d'une chute d'eau. 10 - Vous pouvez faire disparaitre un arc-en-cielNon, pas en arrêtant la pluie ou en cachant le soleil, simplement en utilisant vos lunettes. En effet, comme l'explique un blog du Discover Magazine, des lunettes à verres polarisés peuvent permettre de faire disparaitre un arc-en-ciel à vos yeux alors qu'il est bel et bien toujours là. Pour cela, il suffit de tourner ses lunettes à la verticale, comme le montre une vidéo. Ce type de verre a été conçu pour bloquer la lumière "polarisée", c'est-à-dire la lumière qui se reflète sur les surfaces horizontales et qui est généralement assez éblouissante. En bloquant celle-ci, le verre ne laisse passer que de la lumière porteuse d'information, ce qui permet d'améliorer l'acuité visuelle. La lumière qui crée les arcs-en-ciel rebondit de la même manière sur les gouttelettes d'eau et est donc également polarisée. Lorsque les lunettes sont tenus à l'horizontale, cette lumière n'est pas filtrée. En revanche, lorsqu'on les tourne, le verre bloque les radiations et fait donc disparaitre le phénomène. Étonnant non ?Pour compléter cette liste, découvrez ci-dessus la galerie de magnifiques arcs-en-ciel que nous avons concoctée. Publié par Émeline Ferard, le 04 septembre 2013 "



En savoir plus : www.maxisciences.com/arc-en-ciel/arc-en-...omenes_art30661.html
Copyright © Gentside Découverte
actuanimaux.com/accueil : c'est gratuit !
Merci pour ce message de la part de : Gribouille29
26 Jui 2015 00:06 #4
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2974
  • Remerciements reçus 3143

Réponse de ivct sur le sujet Dernières nouvelles du cosmos

Anticrepuscular Rays Viewed from Volcan Acatenango

Photographer: Diego Fabriccio Díaz Palomo

epod.usra.edu/blog/2015/06/anticrepuscul...lcan-acatenango.html

www.facebook.com/Milkyway.Nasa.115943216...tif_t=notify_me_page
actuanimaux.com/accueil : c'est gratuit !
30 Jui 2015 00:39 #5
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2974
  • Remerciements reçus 3143

Réponse de ivct sur le sujet Dernières nouvelles du cosmos

Samedi-sciences (178) : contacts intermittents entre Rosetta et son module Philae


27 juin 2015 | Par Michel de Pracontal

Après sept mois d’hibernation sur le sol de la comète Tchouri, le module d’atterrissage Philae s’est réveillé et a communiqué à sept reprises avec la sonde Rosetta, les 13, 14, 19, 20, 21, 23 et 24 juin. Mais ces contacts, brefs et intermittents, n’ont pas permis une liaison stable nécessaire pour que le module puisse transmettre ses données, comme l’explique le blog Rosetta sur le site de l’Agence spatiale européenne.

Au Centre européen d’opérations spatiales (ESOC) à Darmstadt, en Allemagne, l’équipe de vol de Rosetta cherche à ajuster la trajectoire de Rosetta pour permettre une meilleure communication entre la sonde et son module. Exercice complexe, car il faut aussi garantir la sécurité de la sonde, alors que la comète, qui se rapproche du Soleil, émet de plus en plus de poussières qui risquent de désorienter Rosetta.

Résumé des épisodes précédents : Philae, qui est un module robotisé, s’est séparé de la sonde et s’est posé acrobatiquement sur la comète 67P/Tchourioumov-Guerassimenko, dite Tchouri, le 12 novembre dernier au terme d’un périple de 6 milliards de kilomètres commencé il y a une décennie, le 2 mars 2004. Du fait qu’il n’a pas atterri comme prévu, mais a rebondi sur le sol de la comète et s’est coincé près d’une sorte de falaise, ses panneaux solaires n’ont pas été éclairés correctement et le module s’est éteint, faute d’énergie, le 15 novembre (voir notre article).

Mais la comète se rapproche du Soleil : elle atteindra le périhélie, le point le plus proche du Soleil, le 13 août prochain. De ce fait, le module reçoit plus d’énergie solaire et peut se réchauffer et réactiver ses circuits. Dès avril-mai, les scientifiques ont guetté le réveil de Philae (voir Samedi-sciences du 9 mai), même si les chances de réussite étaient estimées à moins de 50%.

La bonne surprise est venue 13 juin : Philae a envoyé un signal de 85 secondes à Rosetta, capté par l’équipe de l’ESOC à Darmstadt. Six autres contacts ont été confirmés depuis, mais ils ont été brefs et instables. Le 19 juin, Philae a émis un signal pendant deux courtes périodes de deux minutes. Le 23 juin, un contact de 20 secondes n’a pas permis de transmettre la moindre donnée. Le 24 juin, le contact a duré 20 minutes mais la liaison était mauvaise et Philae n’a pu transmettre qu’une petite quantité de données de télémétrie.

Aucun contact depuis le réveil de Philae n’a approché, même de loin, la qualité des liaisons qui, en novembre, avaient permis au module d’envoyer de remarquables images de la comète avant de s’éteindre.

Selon les explications de l’Agence spatiale européenne, la comète a une période de révolution d’un peu plus de douze heures, ce qui signifie que Philae et Rosetta ont grosso modo deux occasions de contact pendant une journée terrestre. Mais la qualité et la durée de ces contacts dépend de l’orientation de l’antenne de Philae et de la position de la sonde sur sa trajectoire. De plus, Philae n’est pas toujours éclairé par le Soleil et ne fonctionne donc pas en permanence.

A chaque révolution, il y a une « fenêtre de contact » dont la durée théorique varie entre quelques dizaines de minutes et trois heures, selon les positions respectives de la sonde et du module. La configuration idéale suppose que Philae capte le signal à un moment où il a une quantité suffisante d’énergie pour répondre et établir une liaison avec la sonde permettant de transmettre ses données stockées dans ses deux mémoires de masse. Pour une transmission efficace, il faut une liaison stable pendant une durée minimum d’environ 50 minutes.

Cela n’est possible que si plusieurs conditions sont réalisées : il faut que le module soit actif au moment où la sonde le survole ; que l’antenne de la sonde puisse être orientée de manière à capter le signal émis par l’antenne du module, laquelle impose des contraintes liées notamment à la topographie environnante ; il faut aussi que l’orbite de la sonde ne soit pas trop distante de la comète, sinon le signal est trop faible.

Du fait que la comète se réchauffe et qu’elle est de plus en plus active, elle est entourée de poussières et de débris. Or, pour s’orienter, Rosetta utilise des « capteurs d’étoiles ». Ceux-ci peuvent confondre les poussières lumineuses autour de la comète avec des étoiles, de sorte que la sonde peut être totalement désorientée si elle s’approche trop de Tchouri. Cela s’est d’ailleurs produit en mars dernier alors que la sonde effectuait un passage à proximité de la comète. Le risque, si les capteurs d’étoiles ne fonctionnent plus, serait que Rosetta passe en mode autonome et coupe le contact avec la Terre pendant des jours ou des semaines.

Par conséquent, l’équipe de vol doit veiller à ne pas trop rapprocher Rosetta de la surface de la comète. Depuis l’épisode de mars, a sonde a été maintenue à une distance de sécurité d’environ 200 kilomètres de Tchouri, afin de réduire l’impact des poussières sur les capteurs d’étoiles. L’équipe cherche maintenant à rapprocher tout doucement Rosetta de la comète en surveillant les capteurs en permanence pour éviter un problème. L’objectif est d’amener Rosetta à 160 kilomètres de la surface d’ici le 30 juin, et d’évaluer s’il est possible de la rapprocher davantage.

Par ailleurs, l’équipe de vol cherche aussi à optimiser l’orbite : selon la latitude de celle-ci, l’angle avec l’antenne du module n’est pas le même et certaines orbites semblent plus favorables que d’autres. Dans les prochaines semaines, l’équipe va faire varier progressivement l’orbite afin d’évaluer à quelle latitude le signal a le plus de force.

L’activité de Rosetta ne se limite pas aux contacts avec Philae. En même temps, ses instruments continuent d’épier la comète. Le 24 juin, ses caméras ont repéré une centaine de taches brillantes à la surface de Tchouri, probablement des plaques de glace, dont les conditions de formation restent à élucider. Rosetta devrait nous en apprendre encore plus d’ici le 13 août, lorsque la comète atteindra son périhélie et sera illuminée par le Soleil.

blogs.mediapart.fr/blog/michel-de-pracon...et-son-module-philae
actuanimaux.com/accueil : c'est gratuit !
Merci pour ce message de la part de : Gribouille29
30 Jui 2015 00:50 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2974
  • Remerciements reçus 3143

Réponse de ivct sur le sujet Dernières nouvelles du cosmos

" ...L’astre le plus brillant est Vénus (magnitude -4), la seconde planète en partant du Soleil (après Mercure et avant la Terre). Depuis le mois de janvier Vénus n’a cessé de briller au-dessus de l’horizon ouest en début de soirée, remontant lentement l’écliptique jusqu’au 6 juin, date de son élongation maximale à l’est du Soleil. Si vous observez actuellement cette planète dans une petite lunette astronomique, vous verrez un croissant de Vénus.

La planète gazeuse géante Jupiter est un peu moins brillante (magnitude -2) mais presque dix fois plus éloignée que Vénus. Elle était à l’opposition le 6 février dernier (sa plus courte distance à la Terre) et un télescope vous permettra d’admirer ses bandes colorées et le ballet de ses quatre principaux satellites : Europe, Io, Ganymède et Callisto.

Ces deux planètes vont ensuite lentement s’éloigner l’une de l’autre tout en plongeant dans les lueurs du couchant dans les semaines qui viennent ; nous les retrouverons dans le ciel du matin à la fin de l’été. "

blogs.futura-sciences.com/feldmann/2015/...re-jupiter-et-venus/
actuanimaux.com/accueil : c'est gratuit !
Merci pour ce message de la part de : Gribouille29
01 Juil 2015 15:49 #7
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3287
  • Remerciements reçus 3154

Réponse de Gribouille29 sur le sujet Dernières nouvelles du cosmos

spectacle magnifique que je regarde tous les soirs! Vénus est extrêmement brillante, et ça faisait longtemps qu'on le l'avait vue si haut et si longtemps le soir. Un régal! :cheer:
Merci pour ce message de la part de : ivct
01 Juil 2015 20:45 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.


  • Messages : 2974
  • Remerciements reçus 3143

Réponse de ivct sur le sujet Dernières nouvelles du cosmos

" Ce soir, Venus avait quelque chose à dire à Jupiter, je ne sais pas quoi, mais ça cause bien !
Les deux larrons se tiennent dans un mouchoir de poche (environ un diamètre de pleine lune). Jupiter est 13 fois moins lumineux que Venus, et les 4 points qui entoure Juju sont ses 4 satellites principaux "

www.facebook.com/photo.php?fbid=10153172...13681&type=1&theater
actuanimaux.com/accueil : c'est gratuit !
02 Juil 2015 01:28 #9
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3287
  • Remerciements reçus 3154

Réponse de Gribouille29 sur le sujet Dernières nouvelles du cosmos

profitons de ce rapprochement des deux astres, le prochain ne sera pas avant trèèès longtemps ^^. Mais heureusement il y a régulièrement de belles choses à voir dans le ciel, d'autres rapprochements ou alignements, et le mois prochain, les étoiles filantes des Léonides puis des Peséides, ou peut-être dans l'autre sens : les Perséides avant les Léonides, ainsi nommées car les étoiles filantes paraissent venir des constellations du Lion ou de Persée.

www.universcience.tv/video-jupiter-et-ve...crepuscule-7321.html
www.universcience.tv/video-les-perseides-2725.html
www.universcience.tv/video-les-leonides-6676.html

Ce sont bien les Perséides en août et les Léonides en novembre. A vos jumelles, ou simplement vos yeux, en ayant pris soin de les laisser s'habituer à l'obscurité, après avoir également pris de quoi se couvrir, une chaise longue, un coin sans lumière parasite (pas de réverbères...). A mesure que le ciel s'obscurcit, que nos yeux s'accommodent à cette obscurité, on voit une à une les étoiles apparaître dans le ciel, le Grand Triangle d'été, les planètes présentes à cette époque de l'année, la Voie Lactée et ses nuages de poussière, ses nébuleuses, puis les étoiles filantes, peut-être un satellite, des avions loin là-haut, et, beaucoup plus bas en altitude, quelques pipistrelles à la chasse aux insectes.

Nous venons des étoiles, prendre un moment dans l'année pour admirer le ciel nocturne est un moment de sérénité, de lâcher prise, et de prise de conscience que nous ne sommes que cela, des poussières d'étoiles, et que le reste sur cette Terre, à l'échelle cosmique, n'est peut-être pas aussi grave qu'on veut bien le croire. Profitons, c'est beau, tout simplement.
Merci pour ce message de la part de : ivct
02 Juil 2015 18:26 #10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.