Le Brexit cabre le monde du cheval

  • Messages : 4106
  • Remerciements reçus 4823

Le Brexit cabre le monde du cheval a été créé par ivct

www.liberation.fr/depeches/2019/03/29/le...de-du-cheval_1718120

Et si des chevaux de course Ă  plusieurs milliers d’euros se retrouvaient Ă  faire la queue pendant des heures Ă  la frontiĂšre franco-britannique? Le Brexit pourrait bouleverser le transport des animaux chĂ©ris des deux pays, et fait craindre une «catastrophe» au monde de l’hippisme.

Ce ne serait qu’une consĂ©quence parmi d’autres d’un Brexit sans accord mais elle est loin d’ĂȘtre anodine pour le Royaume-Uni, passionnĂ© d’hippisme, comme pour ses voisins français et irlandais. «Le vrai sujet, ce ne sont pas les vaches, ce sont les chevaux», a ainsi posĂ© le coordinateur national pour la prĂ©paration du Brexit Vincent Pourquery de Boisserin.

Aux courses de Cheltenham, mi-mars en Angleterre, «les chevaux entraĂźnĂ©s en Irlande qui concourent l’ont dans une large mesure Ă©tĂ© par des petits Ă©leveurs», avait expliquĂ© Ă  l’AFP l’ancienne ministre de l’Europe d’Irlande, Lucinda Creighton. Pour ces professionnels disposant de marges «rĂ©duites, les retards et coĂ»ts supplĂ©mentaires en transport et logistique posent problĂšme».

Pour Henri Bozo, manager de l’écurie des Monceaux dont «au bas mot 30% des pouliniĂšres partent en Angleterre pour ĂȘtre saillies», le sujet «est une inquiĂ©tude». Le docteur Paul-Marie Gadot, de France Galop, parle mĂȘme d’une «catastrophe annoncĂ©e»: «25.000 chevaux de course et d’élevage se dĂ©placent chaque annĂ©e» entre Royaume-Uni, France et Irlande, explique ce spĂ©cialiste de la sociĂ©tĂ© organisatrice des courses nationales de plat et obstacle.

- Accord tripartite -

Outre les saillies, il y a les concours et les ventes de yearlings (jeunes pur-sangs, ndlr) en Angleterre, auxquels le Haras des Capucines (Orne) de Eric Puerari, par exemple, envoie «de temps en temps» des étalons.

L’activitĂ© est aux yeux de France Galop «tout Ă  fait stratĂ©gique» pour la filiĂšre Ă©quine, qui pĂšse prĂšs de 47.000 emplois en France, selon le RĂ©seau Economique de la FiliĂšre Equine.

Un accord tripartite rĂ©git le transfert des animaux faisant le dĂ©placement, permettant «un passage extrĂȘmement facilité», avec un contrĂŽle au dĂ©part et un autre aprĂšs le transfert.

Avec le Brexit, les Ă©quidĂ©s risqueraient d’ĂȘtre immobilisĂ©s Ă  la frontiĂšre. TrĂšs embĂȘtant, s’ils sont transfĂ©rĂ©s le matin pour une Ă©preuve sportive le mĂȘme jour.

«Les trĂšs bons chevaux qui vont courir sont transportĂ©s dans des vans un peu importants, ils peuvent bouger, se coucher, presque comme dans un box», dĂ©taille Ă  l’AFP Alain de Royer-DuprĂ©, l’entraĂźneur des chevaux de l’Aga Khan. «Dans ces conditions, c’est moins grave. Mais au delĂ  d’un transport de 6 ou 7 heures, ça peut compromettre sa performance».

- «Aucune capacité de contrÎle» -

Le rĂ©tablissement de contrĂŽles Ă  la frontiĂšre pourrait aussi poser des problĂšmes dans le domaine de l’élevage: coĂ»ts supplĂ©mentaires possibles et «on craint des files interminables, avec nos juments et nos petits poulains qui doivent passer des heures dans les camions», s’inquiĂšte Aliette Forien, la propriĂ©taire du haras de Montaigu Ă  Nonant le Pin, dans l’Orne.

«Ils peuvent s’énerver, il peut y avoir du stress, des problĂšmes digestifs... Plus on attend, plus c’est mauvais», observe Alain de Royer-DuprĂ©. Sans parler des risques si le cheval doit quitter son van pour un contrĂŽle, sur du bitume par exemple.

Or, lors d’une confĂ©rence de presse au sujet du Brexit, le syndicat professionnel des transporteurs et reprĂ©sentants en douane TLF Overseas a averti qu’il y avait «un sujet majeur cĂŽtĂ© anglais»: «à Douvres, il n’y a aucune capacitĂ© de contrĂŽle animaliĂšre, et ils n’en ont pas prĂ©vu», a expliquĂ© en confĂ©rence de presse Olivier Thouard, le «M. Brexit» de l’organisation professionnelle.

En fait, les chevaux sont l’un des objets du bras de fer entre Londres et Bruxelles. «Les Britanniques nous ont fait savoir qu’ils n’étaient pas favorables Ă  faire des contrĂŽles Ă  la frontiĂšre pour les chevaux», prĂ©fĂ©rant des conditions plus confortables pour les bĂȘtes, proches de celles en vigueur actuellement, explique Paul-Marie Gadot. Mais Ă  la condition que la rĂ©ciproque soit vraie.

- «Pays tiers» -

De l’autre cĂŽtĂ©, l’Union europĂ©enne ne compte pas faire de cadeau au pays du Brexit. «En cas de Brexit, les chevaux du Royaume-Uni seront traitĂ©s comme des chevaux de n’importe quel pays tiers», devant «se soumettre Ă  des contrĂŽles de documents et d’identitĂ©, ainsi qu’à des contrĂŽles sanitaires», explique la Commission Ă  l’AFP. Il en irait de mĂȘme «pour des chevaux français revenant du Royaume-Uni».

Mais les incertitudes autour de l’avenir des relations britanico-europĂ©ennes, qui ne sera pas tranchĂ© avant le 12 avril, entretiennent le flou: sollicitĂ©, le ministĂšre de l’Agriculture français a par exemple dĂ©clinĂ© une communication officielle, faute d’avoir «tous les Ă©lĂ©ments».

Du cĂŽtĂ© des professionnels, Henri Bozo «pense quand mĂȘme que le bon sens l’emportera», tout comme Alain de Royer-DuprĂ©: «a priori, les vĂ©hicules qui transportent des animaux vivants ont une prioritĂ© par rapport aux autres». Au nom du «bien-ĂȘtre animal», Eric Puerari suggĂšre la mise en place d’un «couloir spĂ©cial pour les transferts d’animaux vivants».

Convaincu que l'«on retrouvera
une façon de fonctionner», ce dernier anticipe quand mĂȘme «des difficultĂ©s provisoires» en cas de Brexit sans accord. «Personne ne sait trĂšs bien comment ça va se passer», abonde Aliette Forien, dont le haras travaille «énormĂ©ment» avec l’Angleterre et l’Irlande. «Mais c’est sĂ»r que ça se passera moins bien que maintenant».

actuanimaux.com/accueil : c'est gratuit !
Merci pour ce message de la part de : CYNASOSO, veve29, trogir72
29 Mar 2019 23:27 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 391
  • Remerciements reçus 243

RĂ©ponse de Sea Bird sur le sujet Le Brexit cabre le monde du cheval

Le Royaume uni fait parti de l'EU depuis le 1er Janvier 1973. S'il quitte l'union on revient donc Ă  la situation antĂ©rieure (!?) Or celle-ci n'a jamais empĂȘchĂ© les chevaux français de courir le Derby (par ex : RELKO, SEA BIRD) et les chevaux britanniques de courir l'Arc de Triomphe (MEADOW COURT, BLAKENEY et autres). Sans compter les multiples traversĂ©es de la Manche par les entraĂźneurs anglais pour courir durant le meeting de Deauville Ă  cette pĂ©riode...
30 Mar 2019 10:12 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.