En élevage, l’omniprésence génétique du trot monté

  • Messages : 2932
  • Remerciements reçus 2089

En élevage, l’omniprésence génétique du trot monté a été créé par UaUka1

EN ÉLEVAGE, L’OMNIPRÉSENCE GÉNÉTIQUE DU TROT MONTÉ

Dans dix jours, à Paris-Vincennes, la Journée des Champions proposera un Festival du trot monté (ou Étrier pour reprendre les codes voulus par la SETF) avec trois courses de Groupe 1, toutes classiques, les trois Finales des Étrier 3 ans, 4 ans et 5 ans : Prix d'Essai, Prix du Président de la République et Prix de Normandie. L'occasion pour nous de vous proposer un dossier analytique sur la spécialité en trois volets. Deuxième épisode : le poids du trot monté dans l'élevage du trotteur français.
Le caractère essentiel de la spécialité de l’Etrier dans l’élevage trotteur français est une vérité historique. Il n’est que de se référer à notre encadré pour le mesurer. D’hier à aujourd’hui, cela se vérifie, y compris lorsque le sang américain s’en mêle, que l’on se réfère à l’ancien ou au récent.

Carioca II : un prototype
Carioca II est le prototype du trotteur "vieil américain", si l’on nous autorise l’expression, en tant que petit-fils, en lignée mâle, du standardbred Sam Williams. Il fut un champion sous la selle, vainqueur, avec brio, après un mauvais départ, du classique Prix de Vincennes (Groupe I), en 1949. Acheté par les Haras Nationaux, il quitta la compétition dès l’âge de 4 ans pour devenir un étalon de tête, six fois sacré meilleur de ses pairs, en 1960, puis de 1962 à 1966. Carioca II sera seulement détrôné par Fandango, le phénomène monté que l’on sait, assurément le plus grand de tous les temps et lui aussi reproducteur phare (N.D.L.R. : voir notre encadré à ce sujet).

Carioca II nous emmène jusqu’aux temps modernes, car Coktail Jet et Love You, c’est lui. Le père et le fils descendent, en effet, en lignée mâle, de Carioca II, par l’entremise de Quouky Williams, Fakir Du Vivier et Sabi Pas. Les racines de cette lignée si vivante sont donc "montées". Sa présente réussite est incarnée, par exemple, par un Booster Winner (Love You) qui n’est autre que le dauphin de Ready Cash au palmarès des étalons 2023. Un Booster Winner qui s’est forgé l’essentiel de son palmarès dans la discipline de l’Etrier, s’imposant dans les Prix d’Essai (Groupe I), des Elites (Groupe I) et des Centaures (Groupe I) ou encore se classant deuxième du Prix du Président de la République (Groupe I). Un Booster Winner qui, s’il produit des trotteurs montés de premier plan – Kyt Kat, Ibra Du Loisir et autres –, n’est pas avare, en regard, de distinctions "attelées", comme celle, tout bonnement, du Prix d’Amérique Legend Race (Groupe I), que lui a offerte Hooker Berry en 2023.

FUSCHIA, PÈRE FONDATEUR ET TROTTEUR MONTÉ
Le père fondateur de la race trotteur français demeure l’inestimable Fuschia. Or, ce fils de Reynolds, né en 1883, des œuvres d’une jument issue de pur-sang, était un trotteur monté, gagnant quinze de ses dix-sept courses dans la spécialité, à 3 et 4 ans. Fuschia sera tête de liste des étalons quatorze fois consécutivement, de 1893 à 1906, un score encore jamais égalé. En prolongement, il essaimera, en tous sens, en lignée mâle, via quatre branches principales, constituées 1) des Narquois, Beaumanoir, Koenigsberg, Boléro, Loudéac, Fandango et autres, 2) des Bémécourt, Ontario, Hernani III, Quinio, Kerjacques et autres, 3) des Bémécourt, Intermède –trotteur monté, onze fois numéro un des étalons et auteur de l’exceptionnelle Uranie –, Gaël, Jamin et autres, 4) et des Bémécourt, Jongleur, Kalmouk, Salam, Duc de Normandie II et autres. Les fondements du trotteur français, au sens strict, sont bel et bien là et ils sont redevables à la discipline de l’Etrier.

Dans le contexte d’aujourd’hui, pas d’incompatibilité américaine avec l’Etrier
L’avènement de Ready Cash et de la lignée qui est la sienne, c’est-à-dire celle, américaine récente, de Viking's Way et de Mickey Viking, aurait pu laisser à penser, au premier abord, que l’influence montée allait s’estomper. Mais il n’en est rien : Ready Cash produit de grands compétiteurs montés – avec, tout de même, entre autres, deux gagnants de "Cornulier" au sein de sa progéniture, soit Traders et Flamme Du Goutier (x2) – et, surtout, ceux-ci s’annoncent de bons reproducteurs.

L’EMPREINTE MONTÉE DE LA LIGNÉE DE KERJACQUES
Des trois grands chefs de race de la seconde moitié du vingtième siècle, à savoir Carioca II, Fandango et Kerjacques, ce dernier est celui dont l’hégémonie a été la plus longue, qu’il la doive à lui-même ou au principal propagateur de son sang, Chambon P. A eux deux, ils ont dominé le classement des pères de vainqueurs pendant deux décennies, sans discontinuer, le père, à onze reprises, de 1970 à 1980, et le fils, dix fois, de 1981 à 1990. Si Kerjacques n’a pas gagné au plus haut niveau, monté, il s’y est tout de même classé deuxième du Prix de Normandie (Groupe I), pour son unique essai dans la spécialité, dans la foulée de son succès dans le Critérium des 5 Ans (Groupe I). Et puis il s’agit d’un fils de Quinio, qui était, lui, un champion sous la selle, lauréat des Prix du Président de la République (Groupe I) et de Cornulier (Groupe I). Chambon P, de son côté, a fait preuve d’une grande pluridisciplinarité, étant, à 3 ans, gagnant de Groupe I attelé, à la faveur du Critérium des Jeunes, puis monté, à l’occasion du Saint-Léger des Trotteurs. Il s’est poursuivi, principalement, via Sancho Panca, si talentueux performer à l’attelage, trop fragile pour être essayé sous la selle, qui sera, à son tour, tête de liste des étalons. Pour nous ancrer dans la réalité d’aujourd’hui, soulignons que c’est à Sancho Pança que l’on doit Prince Gede, éclectique vainqueur des Prix de Normandie (Groupe I) et de Paris (Groupe I) – sans compter qu’il perdit un Prix de Cornulier sur disqualification –, puis étalon en vue, à l’actualité brûlante, en tant que père de la toute bonne compétitrice montée Edition Gema et aussi, bien sûr, comme père de mère d’un certain Horsy Dream.
FANDANGO : L’ATOUT "GLAMOUR"
Immense crack, aux trente-huit victoires consécutives et à l’invincibilité préservée, dans la discipline du trot monté, pendant plus de deux ans et demi (sic !), vainqueur de deux "Cornulier" – dont le premier à 4 ans, âge auquel il demeure le seul au palmarès de la grande course –, mais aussi des Prix de Vincennes (Groupe I), du Président de la République (Groupe I) et de Normandie (Groupe I), ainsi que de trois Prix des Elites (Groupe I) et de deux Prix des Centaures (Groupe I), Fandango remporta également le Critérium des 3 Ans (Groupe I), puis se classa deuxième du Critérium des 4 Ans (Groupe I) et troisième du Critérium des 5 Ans (Groupe I). Autrement dit, il conciliait les aptitudes. Son influence d’étalon a été très importante et, trois fois, de 1967 à 1969, il monta sur la première marche du podium des pères de vainqueurs, s’exportant jusqu’en Scandinavie, où son fils, Tibur, a durablement défrayé la chronique des courses et de l’élevage. En France, la lignée mâle de Fandango s’est fissurée, au fil des années, et elle ne perdure plus, désormais, que par le truchement de l’améliorateur Gazouillis, qui performa lui-même monté, et de ses continuateurs. En vérité, c’est au féminin que se décline le mieux la présence de Fandango de nos jours, en ce sens qu’il a été un remarquable père de poulinières et que ses descendantes, même lointaines – cela va de soi, avec le temps –, sont spécialement recherchées et appréciées, particulièrement en complément du "jeune" sang américain.


La preuve par l’exemple avec Bird Parker
La principale illustration de la perpétuité de cette lignée au monté est apportée par Bird Parker. Ce dernier est le deuxième meilleur étalon du dernier meeting d’hiver, derrière son père, et ses quatre victoires de Groupe 1 se partagent, équitablement, entre selle (Saint-Léger des Trotteurs, Prix de Vincennes) et sulky (Critérium des 4 Ans, Prix de Paris). Et désormais Bird Parker d’être l’auteur au haras, notamment, d’Izoard Vedaquais, Hussard Du Landret, Ideale Du Chene…

Sur le même thème : Le tandem Ploquin-Motter au top

Plus généralement, la descendance de Viking’s Way et de Mickey Viking n’est nullement incompatible avec l’Etrier. En témoignent, de façon emblématique, les cinq Prix de Cornulier (3 + 2) de Jag De Bellouet et de Bilibili, respectivement fils et petit-fils de l’étalon vedette du regretté Albert Cayron. De la sorte, il apparaît que l’américanisation de notre race ne la ferme pas au trot monté, à plus forte raison dans le contexte de la monte en avant, laquelle favorise l’alchimie, et du lissage, partiel, depuis les années 1990, de la piste de Vincennes, l’ayant rendue moins déclive et, ce faisant, mieux adaptée aux aptitudes et aux allures des trotteurs standardbreds.

Horsy Dream : le modèle le plus contemporain
Pour conclure, on se doit de faire un focus sur Horsy Dream, notre héros de Solvalla, dont le père, Scipion Du Goutier, est un sextuple lauréat de Groupe I, monté, à la lignée mâle américaine, s’agissant de celle de Sharif Di Iesolo – français par sa mère – et de Quick Song. Dans le rôle du père de mère, Prince Gédé, frappé du sceau de Kerjacques et de Chambon P, évoqué par ailleurs. Touche exotique, enfin, avec Sugarcane Hanover, en lieu et place d’arrière-grand-père maternel. Un exemple de complémentarité parfaite entre les sangs et les aptitudes, y compris à l’Etrier.

Merci pour ce message de la part de : titiduc, TREIZH
14 Jui 2024 14:45 #1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 771
  • Remerciements reçus 996

Réponse de TREIZH sur le sujet En élevage, l’omniprésence génétique du trot monté

"Dans le contexte d’aujourd’hui, pas d’incompatibilité américaine avec l’Etrier"
Le lissage, partiel, de la piste de Vincennes, intervenu au début des années 1990 , en résulte un profil moins pentu et, pour le coup, mieux adapté aux aptitudes des trotteurs standardbreds que par le passé. (letrot)
Dernière édition: 14 Jui 2024 22:21 par TREIZH.
14 Jui 2024 22:16 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2932
  • Remerciements reçus 2089

Réponse de UaUka1 sur le sujet En élevage, l’omniprésence génétique du trot monté

ÉLEVAGE
LE TROT MONTÉ DANS LES FAITS, DANS LES GÈNES
25/06/2024 - GRAND FORMAT - 24H au Trot
Dimanche, à Vincennes, c’était la bien nommée Journée des Champions, assortie de celle de l’Etrier, et ni l’une, ni l’autre appellation n’ont failli. Trois champions montés ont été sacrés et deux autres attelés, qui n’en sont pas moins redevables, génétiquement, à la discipline de l’Etrier, véritable fil rouge de cet après-midi de grand sport. L’enracinement « monté » de notre race et de nos courses n’est décidément pas une vaine constatation.

Interrogé, en début d’après-midi, sur Equidia, Jean-Pierre Barjon, le président de la SETF, a souligné l’importance, à ses yeux, de la valorisation de la filière de l’Etrier, d’où le choix qui a été fait de lui dédier cette réunion au travers des trois finales phares de la spécialité que sont le Prix de Normandie (Groupe 1), pour les 5 ans, le Prix du Président de la République (Groupe 1), pour les 4 ans, et le Prix d’Essai (Groupe 1), pour les 3 ans. Il a pointé aussi l’excellence des performances réalisées, aujourd’hui dans la discipline, à la mesure des « chronos » qui y sont affichés.



L’Etrier est une source de renouvellement pour notre sport (J.P Barjon)

Il a relevé encore le fait que le trot monté est source de renouvellement pour notre sport, car il suscite des vocations, attirant à lui filles et garçons des jeunes générations, à plus forte raison depuis l’avènement de la monte en avant, incontestablement plus séduisante esthétiquement et favorisant la performance, tout en donnant davantage de confort à la monture. D’une certaine manière, la spécialité de l’Etrier est l’ancêtre des courses au trot, dont elle a jeté, historiquement, les bases, mais, en prolongement, elle en incarne la jeunesse et en assure l’avenir.



UNE VIEILLE DAME ENCORE JEUNE !
Le trot monté est, ainsi, une vieille dame encore jeune ! Qu’il soit incarné par les héros d’hier ou par ceux d’aujourd’hui, il se porte bien. Il est dans les faits et dans les gènes. Les faits, ce sont, en l’espèce, les vainqueurs des trois finales de dimanche, qu’il s’agisse de Jeroboam D'erable (Prix de Normandie – Etrier 5 Ans Finale), de Kyrielle des Vaux (Prix du Président de la République – Etrier 4 Ans Finale) ou de Lexie De Banville (Prix d’Essai – Etrier 3 Ans Finale). Or, l’aptitude à la selle du trio est inscrite dans ses gènes.

JÉROBOAM D’ERABLE : PRODIGIOUS + PRINCE GÉDÉ
Jéroboam d’Erable 1’11’’ m., c’est la combinaison Prodigious 1’11’’-Prince Gédé 1’11’’ a.-m.. Prodigious était, certes, un trotteur attelé, lauréat du Critérium Continental (Groupe 1) et placé tant dans le Critérium des 4 Ans (Groupe 1) que dans le Critérium des 5 Ans (Groupe 1). Mais, en continuateur accompli de la lignée mâle d’And Arifant 1’16’’, lui-même classique monté, et de Goetmals Wood 1’11’’, père de nombreux performers de premier plan sous la selle –Anastasia Fella, Chancelière Citrus, Che Jénilou, Miss Castelle, Nancy Menuet, Scipion du Goutier, Singalo, Surabaya Jiel…–, il lègue l’aptitude au monté, revendiquée par une bonne partie de ses meilleurs produits, tels Vision Intense 1’11’’ a.-m. (Prix de Vincennes et des Centaures), Valse Darling 1’11’’ (Prix du Président de la République), Arca des Jacquets 1’13’’ m. (Prix d’Essai) et Kandora Bella 1’12’’ m. (Saint-Léger des Trotteurs). Prodigious ressortit, en outre, à la famille maternelle des « Odyssée », bien connue pour s’accommoder aisément du jockey.
Prince Gédé, au pedigree, faut-il le rappeler, entièrement "franco-français", fut, quant à lui, un compétiteur monté, vainqueur du même Prix de Normandie (Groupe 1) que vient de s’octroyer son petit-fils, mais aussi d’un "Cornulier", dans lequel il fut cependant disqualifié pour ses allures. Attelé, Prince Gédé fit valoir sa tenue en s’adjugeant le Prix de Paris Marathon Race (Groupe 1). Rappelons qu’il a pour troisième mère la championne montée de Georges Dreux, Champenoise 1’17’’, une gagnante du Prix du Président de la République (Groupe 1), ainsi que du Prix des Elites (Groupe 1).
Amirauté 1’14’’ m., la mère de Jéroboam d’Erable, a signé ses sept victoires sous la selle ; en bonne logique, est-on tenté d’écrire, en tant que fille de Prince Gédé. Elle est issue, de surcroît, d’une sœur utérine de la classique montée Votka Bleue 1’11’’ m. (Jasmin de Flore), à l’arrivée du Prix des Elites (Groupe 1). La quatrième mère est l’excellente Malice Bleue 1’18’’ (1978-Beau Ludois L), qui enleva le Critérium des Jeunes (Groupe 1) et appartenait à la famille des "Grandchamp", grande pourvoyeuse de gènes montés.



KYRIELLE DES VAUX : SOUS LES AUSPICES DU « PRÉSIDENT »
Kyrielle Des Vaux 1’11’’ m. est par Rolling d’Héripré 1’10’’, triple vainqueur classique à l’attelage, à la faveur du Prix de Sélection (Groupe 1), du Critérium des 4 Ans (Groupe 1) et du Critérium Continental (Groupe 1). Elle est la deuxième gagnante du Prix du Président de la République (Groupe 1) engendrée par ce dernier, après Hirondelle du Rib 1’10’’ m., sachant que Blue Dream 1’14’’, le grand-père maternel de Rolling d’Héripré, est également un lauréat du "Président".

Noisette des Vaux 1’18’’ (Hand du Vivier), génitrice de Kyrielle des Vaux, est une petite-fille, à la fois, d’And Arifant 1’16’’, dont nous avons souligné les aptitudes "montées" à propos de Jéroboam d’Erable, et de Chambon P 1’20’’, vainqueur du classique Saint-Léger des Trotteurs (Groupe 1), sous la selle, et géniteur phare, notamment dans la discipline. La famille maternelle de Kyrielle des Vaux est d’ailleurs la même que celle de Chambon P, concentrant le sang de l’ancêtre de celui-ci, Claudie, ce qui est un gage supplémentaire dans la perspective de l’Etrier.
Plus près encore de Kyrielle des Vaux, il y a Jean Balthazar 1’10’’ m. (Alto de Viette), issu de sa sœur aînée, Dynamite des Vaux (Saxo de Vandel). Un Jean Balthazar qui compte quatre victoires semi-classiques sous la selle et s’est classé deuxième du Prix de Normandie (Groupe 1), dimanche, après être également monté sur le podium, l’an dernier, dans le Prix du Président de la République (Groupe 1), une compétition qui, pour le coup, colle à la peau de Kyrielle des Vaux.



Le Prix du Président de la République colle à la peau de Kyrielle des Vaux et de ses apparentés


LEXIE DE BANVILLE : AVEC LE "CANNIBALE" POUR RÉFÉRENT
Lexie De Banville 1’13’’ m. est une fille de Real de Lou 1’11’’, qui fut essayé monté, mais dont les titres ont été glanés attelé, jusqu’au niveau semi-classique. Il reste que Real de Lou est un fils du crack pluridisciplinaire que l’on surnomma le "Cannibale", Jag De Bellouet 1’09’’, lequel s’imposa tout de même trois fois dans le "Cornulier"… Aussi, non sans une certaine logique, Real de Lou imprime sa marque dans la spécialité du trot monté, où Lexie de Banville est son premier vainqueur de Groupe 1, mais où il a donné d’autres très bons sujets, comme Daïda de Vandel 1’10’’ m., Django du Bocage 1’12’’ m., Dorgali 1’11’’ m. ou Inshore 1’10’’ m., pour ne citer qu’eux.
Du côté maternel, Lexie de Banville est pareillement frappée du sceau monté, car sa grand-mère, Kergoas 1’12’’ (Jet du Vivier), est la demi-sœur de Nénuphar 1’13’’ (Sébrazac), valeureux hongre qui gagna sept courses au cours de la même année, sous la selle de Camille Levesque, et de Loctudy 1’12’’ (Extreme Dream), appelée à engendrer, avec le concours de Love You, le classique monté Ulysse 1’11’’ m., lauréat d’une édition du Prix de Normandie (Groupe 1). On notera, en prolongement, qu’à l’image de celle de Jéroboam d’Erable, la famille est celle des "Grandchamp".



HORSY DREAM : LE MÊME CROISEMENT QUE JÉROBOAM D’ERABLE
Ce dimanche était bel et bien placé sous le signe de l’Etrier et l’empreinte génétique de celui-ci y a dépassé les frontières de la spécialité. Ainsi Horsy Dream 1’08’’, le dévastateur vainqueur du Prix René Ballière (Groupe 1), se recommande-t-il d’un père, Scipion du Goutier 1’11’’ m. (Goetmals Wood), sextuple gagnant de Groupe 1 sous la selle, et d’un père de mère, Prince Gédé 1’11’’ a.-m., évoqué plus haut, à propos de Jéroboam d’Erable, lui aussi typé monté. D’ailleurs, Horsy Dream et Jéroboam d’Erable sont le fruit du même croisement entre la lignée mâle de Goetmals Wood 1’11’’ et une fille de Prince Gédé. Ajoutons que l’ascendance maternelle porte l’estampille des "Atout" et n’est pas avare de compétiteurs montés : Maître Atout 1’17’’, Prince Atout 1’16’’, Uno Atout 1’12…



LOMBOK JIEL : SCIPION, SURABAYA, MÊME COMBAT !
Lombok Jiel 1’12’’ (Enino du Pommereux), enfin, qui a fait sien le Prix Albert Viel (Groupe 1), n’est autre que le fils d’une excellente jument sous la selle, Surabaya Jiel 1’12’’ m., grande adversaire, en son temps, de… Scipion du Goutier, dont elle fut la dauphine, tour à tour, dans les Prix de Vincennes (Groupe 1), des Centaures (Groupe 1) et du Président de la République (Groupe 1), après l’avoir défait dans le Saint-Léger des Trotteurs (Groupe 1). La rivalité du mâle et de la femelle était, en quelque sorte, fratricide, puisque l’un et l’autre ont pour auteur l’omniprésent Goetmals Wood.
26 Jui 2024 10:47 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4200
  • Remerciements reçus 2561

Réponse de vieborg sur le sujet En élevage, l’omniprésence génétique du trot monté

Pour exploiter pourquoi pas, sinon tu sais que pour vendre lorsque tu utilises un étalon 100% monté, c’est ultra compliqué !
26 Jui 2024 11:08 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2932
  • Remerciements reçus 2089

Réponse de UaUka1 sur le sujet En élevage, l’omniprésence génétique du trot monté

ÉLEVAGE : UNE DÉFERLANTE VENUE DE LA MANCHE
Si l'on veut rester dans la thématique de la mer, c'est une véritable déferlante qui est venue de la Manche sur les trois Finales Étrier en cette Journée des Champions. Dans l'ordre de leur âge, Lexie de Banville (Real De Lou) chez les 3 ans, Kyrielle des Vaux (Rolling D'héripré) chez les 4 ans et Jeroboam d'Erable (Prodigious) chez les 5 ans ont en effet tous été élevés dans le département de la Manche. L'élevage du G.A.E.C. du Petit Banville (les frères Duprey), en association avec Thomas Levesque, pour la première est situé à Catz, tandis que celui de la famille Blestel pour la deuxième est basé à Turqueville, à une vingtaine de kilomètres du précédent. Quant au troisième, il a grandi à côté d'Avranches où les chevaux de l'Écurie du Haras d'Érable (Philippe Olivier) sont placés sous la responsabilité de Pierre-Jean Loivel. À cette réussite déjà exceptionnelle, on peut ajouter qu'Horsy Dream (Scipion Du Goutier) a grandi à partir du sevrage dans les prés de Yann Pottier, l'associé des frères François, à Vicq-sur-Mer dans le Cotentin.
26 Jui 2024 11:44 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1213
  • Remerciements reçus 1434

Réponse de René-Marc sur le sujet En élevage, l’omniprésence génétique du trot monté

Vous parlez du trot monté , et je lis vos commentaires avec attention , car c'est une spécialité que j'aime beaucoup . En tant que novice et petit joueur , j'aime beaucoup suivre les rejetons du magnifique CANADIEN D 'AM qui a une réussite plutôt correct .👍
Ce soir nous avons LARGO DE LA BESSE ( attelé ) au Mont Saint Michel .💶🐴🍀
Merci pour ce message de la part de : UaUka1
26 Jui 2024 14:43 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4200
  • Remerciements reçus 2561

Réponse de vieborg sur le sujet En élevage, l’omniprésence génétique du trot monté

Expliquez moi je vous prie, en quoi la production de Canadien est plus que correcte ?
26 Jui 2024 23:43 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1213
  • Remerciements reçus 1434

Réponse de René-Marc sur le sujet En élevage, l’omniprésence génétique du trot monté

province-courses.fr/fiche_etalon.php?id=12222229S
une dizaine de gagnants en 3 mois ,certes c'est pas les chiffres de Face time Bourbon , Love You ou autre Ready Cash . 😕Moi ,je vous le rappelle , qui suis qu'un simple amateur , je trouve ce modèle extrêmement beau , et pour cela ,je suis ses rejetons . 🐴😍
Merci pour ce message de la part de : UaUka1
27 Jui 2024 12:06 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4200
  • Remerciements reçus 2561

Réponse de vieborg sur le sujet En élevage, l’omniprésence génétique du trot monté

Même pas 30% de sa enduction ne s’est qualifiée… Comment voulez-vous qu’en tant qu’éleveur celui-ci se voit être retenu ?
Merci pour ce message de la part de : René-Marc
27 Jui 2024 15:54 #9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.