"hongres exclus"

  • meduse
  • Portrait de meduse Auteur du sujet
  • Visiteur
  • Visiteur

"hongres exclus" a été créé par meduse

Bonjour,

pourquoi les hongres sont-ils exclus de toutes les grandes courses de trot ?
10 FĂ©v 2017 13:56 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 10429
  • Remerciements reçus 9211

RĂ©ponse de ivct sur le sujet "hongres exclus"

Hongre est l'appellation qui dĂ©signe un cheval castrĂ©, et par extension les autres Ă©quidĂ©s castrĂ©s, comme l'Ăąne et le mulet. La castration, en Ă©liminant les hormones associĂ©es au comportement sexuel du cheval entier (cheval mĂąle non castrĂ© destinĂ© Ă  la reproduction), permet gĂ©nĂ©ralement Ă  un mĂąle d'ĂȘtre plus calme et plus docile, donc plus appropriĂ© comme animal de travail au quotidien.

Historiquement, la castration des étalons a été pratiquée par les Scythes et de nombreux autres peuples, son refus pouvant avoir des bases éthiques, culturelles, pratiques ou émotionnelles.

Étymologie et terminologie

Le terme « hongre » existe au moins depuis les annĂ©es 1100, dĂ©rive du hongrois via le latin d'Allemagne, et serait d'origine turque1. Ce nom aurait Ă©tĂ© attribuĂ© aux chevaux castrĂ©s par rĂ©fĂ©rence Ă  l'usage hongrois de chĂątrer les chevaux de monte. Le nom est parfois employĂ© en tant que verbe, « hongrer » faisant rĂ©fĂ©rence Ă  la procĂ©dure de castration en elle-mĂȘme, pratiquĂ©e par le « hongreur ». En anglais, le mot dĂ©signant le hongre, « gelding », provient du vieux norrois geldr (« stĂ©rile »).

Histoire

Les Scythes sont prĂ©sumĂ©s ĂȘtre le premier peuple ayant chĂątrĂ© des chevaux Ă  grande Ă©chelle4,5. La valeur des hongres aurait Ă©tĂ© remarquĂ©e au combat, grĂące Ă  leur tempĂ©rament calme et leur absence de tentation Ă  l'accouplement, ils sont moins enclins Ă  appeler d'autres chevaux, plus faciles Ă  maintenir en groupe, et moins susceptibles de se battre entre eux.

Motivations Ă  la castration

Un cheval entier est généralement plus difficile à maßtriser. Si une jument se trouve aux alentours, il peut s'emballer en sentant sa présence et tout faire pour aller la rejoindre. Le cheval mùle est donc généralement castré pour adoucir son comportement et le rendre plus facile à contrÎler. Toutefois, le caractÚre étant avant tout dépendant de l'éducation et de l'origine de chaque cheval, il est possible de trouver des étalons trÚs doux (en particulier chez les races rustiques et les races de trait) et des hongres caractériels.

Gestion du pool génétique

La castration permet Ă©galement de supprimer des animaux de qualitĂ© infĂ©rieure du pool gĂ©nĂ©tique d'un Ă©levage. IdĂ©alement, les Ă©leveurs choisissent de ne conserver que les meilleurs sujets pour la reproduction. Pour autoriser uniquement ces plus beaux animaux Ă  se reproduire tout en prĂ©servant une diversitĂ© gĂ©nĂ©tique adĂ©quate, seul un faible pourcentage des chevaux mĂąles doit rester Ă©talon. Traditionnellement, on estime que ce pourcentage d'Ă©talons Ă  conserver avoisine les 10 %8. Une vision plus extrĂȘme postule que seuls 0,5 % de tous les chevaux mĂąles devraient ĂȘtre conservĂ©s comme Ă©talons reproducteurs9. À l'Ă©tat sauvage, ce ratio de 10 % est atteint puisqu'une harde compte un seul Ă©talon pour 10 Ă  12 juments, et peut permettre Ă  un Ă©talon moins dominant et plus jeune de vivre en marge. Le nombre de chevaux mĂąles Ă©tant plus Ă©levĂ© que le nombre d'Ă©talons au sein d'une harde, les mĂąles sans harde se regroupent au sein de bachelor herd (en), oĂč, en l'absence de femelles, leur comportement tend Ă  se rapprocher de celui des hongres.

Travail et sports Ă©questres

Les hongres sont prĂ©fĂ©rĂ©s aux Ă©talons pour le travail en raison de leur tempĂ©rament plus calme et de la plus grande facilitĂ© Ă  les maĂźtriser. Les hongres ont Ă©galement la prĂ©fĂ©rence des cavaliers dans bon nombre de pratiques Ă©questres : en raison du danger que reprĂ©sente un Ă©talon, et de l'expĂ©rience requise pour le maĂźtriser, les plus jeunes participants Ă  certaines compĂ©titions Ă©questres et certains shows de prĂ©sentation ne sont pas autorisĂ©s Ă  concourir avec un Ă©talon dans les catĂ©gories qui leur sont rĂ©servĂ©es. Les hongres ont aussi un avantage sur les juments, certaines d'entre elles devenant caractĂ©rielles lorsqu'elles sont en chaleur. L'utilisation de juments peut aussi ĂȘtre limitĂ©e durant leurs derniers mois de grossesse, ou lorsqu'elles sont accompagnĂ©es d'un jeune poulain. Dans les centres Ă©questres, le cheval hongre est souvent prĂ©fĂ©rĂ© aux juments et aux chevaux mĂąles entiers pour son calme et sa docilitĂ©.

Sports hippiques

En sport hippique, castrer un Ă©talon peut ĂȘtre profitable si l'animal est distrait par les autres chevaux, difficile Ă  contrĂŽler, ou ne court pas au maximum de ses capacitĂ©s quelle qu'en soit la raison. L'animal perd alors en valeur d'Ă©levage, mais parallĂšlement, s'il obtient de meilleurs rĂ©sultats, cela peut accroĂźtre la valeur de l'Ă©talon qui l'a produit.

Au Royaume-Uni, selon le rÚglement de la National Hunt racing (Steeplechase), pour minimiser les risques de santé et de sécurité pour les chevaux, les cavaliers et les spectateurs, presque tous les chevaux participants sont des hongres. Ailleurs en Europe, les hongres sont toutefois exclus de certaines courses de plat parmi les plus prestigieuses, comme le Prix de l'Arc de Triomphe. En Amérique du Nord, les courses de Pur Sangs hongres, qualifiés par ùge, gains ou expérience, sont autorisées dans les courses ouvertes aux mùles entiers.

Autres raisons

Parfois, un Ă©talon qui s'est dĂ©jĂ  reproduit peut ĂȘtre castrĂ© tard dans sa vie en raison d'une stĂ©rilitĂ©, parce que sa progĂ©niture n'est pas Ă  la hauteur, ou simplement parce qu'il n'est plus utilisĂ© pour se reproduire en raison de changements de mode dans le pedigree ou le phĂ©notype. La castration permet aux chevaux hongres de vivre plus tranquillement en compagnie des autres chevaux en captivitĂ©, leur existence s'en trouve facilitĂ©e.

Une Ă©tude suisse montre cependant que mĂȘme matures, des Ă©talons se comportent gĂ©nĂ©ralement pacifiquement avec leurs semblables, Ă  condition que la hiĂ©rarchie du troupeau ait Ă©tĂ© bien Ă©tablie au prĂ©alable.

Oppositions Ă  la castration

Pour perpĂ©tuer certaines races, en particulier Ă  faibles effectifs, les chevaux mĂąles doivent rester capables de se reproduire. Ainsi, les animaux considĂ©rĂ©s comme les meilleurs reprĂ©sentants de la race sont gardĂ©s comme Ă©talons et utilisĂ©s Ă  la reproduction. Bien que les critĂšres puissent ĂȘtre subjectifs, un Ă©talon doit avoir une apparence ou un phĂ©notype supĂ©rieurs, un pedigree ou gĂ©notype irrĂ©prochable, et idĂ©alement doit avoir rĂ©alisĂ© de bonnes performances dans le domaine de spĂ©cialitĂ© de sa race.

Certaines cultures ont rarement ou pas du tout castré les chevaux mùles, particuliÚrement les Arabes qui sont réputés pour n'employer que des juments au travail de tous les jours et à la guerre. Parmi ces cultures, la majorité des étalons ne sont pas employés à la reproduction, seuls ceux de meilleure qualité le sont. Utilisés comme de simples animaux de selle, ils sont gardés uniquement avec (ou à proximité) d'autres chevaux mùles dans un groupe du type bachelor herd (en), ce qui tend à les rendre plus calmes et à inhiber leur comportement d'étalons. D'autres raisons culturelles peuvent l'expliquer, ainsi, le sacrifice d'animaux chùtrés est interdit par l'Ancien Testament.

Selon PÀivi Nussbaumer, vétérinaire à l'Institut suisse de médecine équine (ISME), "La castration chirurgicale est astreignante, douloureuse et peut conduire à des complications sévÚres."Il s'agirait donc d'un acte entraßnant une souffrance physique (sinon psychologique) pour l'animal.

Certains propriétaires de chevaux craignent que le processus leur cause des douleurs, ou de quelque façon réduise leur vitalité et nuise à leur caractÚre. Les procédures chirurgicales modernes entraßneraient cependant beaucoup moins d'inconfort chez l'animal que les méthodes plus primitives[réf. nécessaire].

D'autres critĂšres tout Ă  fait subjectifs peuvent entrer en compte, certains propriĂ©taires de chevaux trouvant les entiers plus « nobles ». Dans leur perception, possĂ©der un cheval castrĂ© peut Ă©galement ĂȘtre perçu comme une perte de virilitĂ© pour son ou sa propriĂ©taire[rĂ©f. nĂ©cessaire].

Enfin, des principes éthiques et moraux peuvent amener certaines personnes à considérer que la castration d'un animal est une mutilation sexuelle inacceptable lorsqu'elle est effectuée dans le seul but de promouvoir l'adéquation de l'animal avec les désirs de ses propriétaires.

Complications possibles

Les complications mineures découlant de la castration sont relativement courantes, cependant les complications sérieuses sont rares.
Selon une étude approfondie, le taux de complication pour les castrations pratiquées sur un cheval debout est de 22%, alors qu'il est de 6% pour les castrations opérées en position couchée sous anesthésie générale (cependant le taux de mortalité est alors de 1%).
Les complications les plus courantes sont:

L'inflammation post-opératoire - mineure et trÚs courante.

L'infection du scrotum - la formation d'un abcÚs local est relativement courante, lorsque la peau se referme avant que les tissus sous-cutanés ne soient cicatrisés. Cette complication nécessite la réouverture de l'incision et le drainage de l'abcÚs, généralement associés à une prise d'antibiotique.

Les péritonites dues aux bactéries entrant dans la cavité abdominale par le cordon spermatique sont rares.

L'infection chronique menant Ă  la formation d'un granulome le long de l'incision, qui peut ĂȘtre peu visible durant des mois ou mĂȘme des annĂ©es.

Les hémorragies peuvent aller de l'écoulement minime et relativement courant, à la perte massive de sang qui engage le pronostic vital.

L'éviscération est une complication sévÚre et peu courante au cours de laquelle le contenu de l'abdomen se "vide" par l'incision. Si le taux de survie est de 85 à 100% lorsqu'une intervention est menée immédiatement, le taux de mortalité est élevé pour les cas qui ne sont pas immédiatement traités.

Alternatives Ă  castration

Il existe des alternatives qui ne prĂ©sentent pas les inconvĂ©nients de la castration physique, les mĂ©thodes de castration dites « hormonales » et « immunologiques». Tandis que l’utilisation d’hormones en pratique s’avĂšre insatisfaisante (application frĂ©quente, mauvaise efficacitĂ©, effets secondaires, dopage et problĂ©matique des rĂ©sidus), la castration immunologique reprĂ©sente en revanche depuis peu une vĂ©ritable alternative Ă  l’intervention chirurgicale dans certains cas.

Cette mĂ©thode consiste Ă  effectuer une vaccination contre l’hormone GnRH sĂ©crĂ©tĂ©e par l’organisme du cheval. La production d’hormones est bloquĂ©e, ce qui conduit finalement Ă  une production de testostĂ©rone plus faible dans les testicules. Comme pour les autres vaccinations, les anticorps disparaissent progressivement de l’organisme et les fonctions sexuelles reprennent. Cette mĂ©thode de castration est ainsi rĂ©versible, et elle est possible non seulement chez l’étalon, mais Ă©galement chez la jument.

Hongres célÚbres

Parmi les chevaux de course, on trouve quelques hongres célÚbres, dont Giesolo de Lou et Général du Lupin.

fr.wikipedia.org/wiki/Hongre

www.courses-france.com/modules/newbb_plu...&sortorder=1&start=0
"all we are:just a dust in the wind"
11 FĂ©v 2017 20:49 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.