Savoir-Faire

  • Messages : 10433
  • Remerciements reçus 9153

RĂ©ponse de ivct sur le sujet Savoir-Faire

"all we are:just a dust in the wind"
20 AoĂ» 2020 05:00 #21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 10433
  • Remerciements reçus 9153

RĂ©ponse de ivct sur le sujet Savoir-Faire

Trois millions de dollars pour avoir découvert les neurones de l'instinct parental

www.sciencesetavenir.fr/sante/trois-mill...r#Echobox=1599751307

La neurobiologiste française d'Harvard Catherine Dulac a reçu jeudi un prix scientifique amĂ©ricain dotĂ© de trois millions de dollars, le Breakthrough Prize, pour avoir dĂ©couvert oĂč se trouve l'instinct parental dans le cerveau de la souris, une percĂ©e qui aidera peut-ĂȘtre un jour Ă  mieux comprendre les rĂŽles adoptĂ©s par les mammifĂšres, dont les hommes et les femmes.

Les lauréats 2021 du riche prix créé par des entrepreneurs de la Silicon Valley ont été annoncés jeudi. Six autres scientifiques ont été récompensés en sciences de la vie, physique fondamentale et mathématiques, et recevront trois millions de dollars chacun pour des travaux considérés comme des "percées" (le sens de "breakthrough" en anglais). La somme est le triple de celle du prix Nobel.

Catherine Dulac est professeure et directrice de laboratoire à Harvard et à l'institut médical Howard Hughes, et l'oeuvre récompensée est d'avoir identifié les circuits de neurones du cerveau qui, instinctivement, dictent à une souris femelle de généralement prendre soin des souriceaux, et au mùle de les attaquer, selon les circonstances (le comportement infanticidaire est typique des mùles).

Sa contribution majeure est d'avoir montré que mùles et femelles ont chacun en eux les circuits comportementaux des deux sexes: la différence est que leurs hormones activent l'un ou l'autre des circuits, comme un interrupteur. Parfois, c'est l'autre circuit qui s'active, conduisant par exemple une mÚre stressée à tuer ses petits ou, encore plus spectaculaire, un mùle à s'occuper de sa progéniture lorsqu'il devient pÚre.


"On pense que ce qu'on a trouvé peut s'étendre à d'autres espÚces" dont les humains, dit à l'AFP Catherine Dulac, 57 ans, installée depuis 25 ans aux Etats-Unis.

"Il y a un instinct, et l'instinct, c'est justement le fonctionnement de ces neurones, qui sont --je parie-- dans le cerveau de tous les mammifÚres et disent à l'animal, quand il y a des signaux sur la présence de nouveaux-nés: +Tu dois t'en occuper+", poursuit la scientifique.


- Questions transgenres -

Ces travaux de recherche fondamentale, bien que limités à la souris comme Catherine Dulac le souligne avec insistance, intéressent évidemment tous ceux qui travaillent sur les questions transgenres, puisque Mme Dulac dit: en chacun, le cùblage masculin et féminin existe (du moins chez les souris!).

Familles ou alliés de personnes transgenres l'interpellent réguliÚrement pour la remercier. "Je suis une scientifique, je regarde les données, je suis neutre", dit-elle, mais elle admet: "Ca me touche énormément".

"Là on se dit: j'ai été utile".

Quant à l'argent du prix, elle confie qu'elle en donnera une partie à des causes liées à la santé et l'éducation des femmes et populations défavorisées.

Originaire de Montpellier, passée par Normale Sup, elle était partie aux Etats-Unis aprÚs son doctorat avec la ferme intention de revenir ensuite en France.

"Mais mon post-doc a trĂšs bien marchĂ©, et j'ai eu des opportunitĂ©s pour avoir mon propre labo aux Etats-Unis, et je n'ai eu aucune opportunitĂ© d'avoir mon propre labo en France. LĂ  je me suis vraiment heurtĂ©e Ă  une espĂšce de comportement paternaliste Ă  la con, si je puis m'exprimer ainsi, oĂč les gens disaient: +Oh vous ĂȘtes beaucoup trop jeune pour avoir votre propre budget, vous n'avez pas assez d'expĂ©rience pour ĂȘtre indĂ©pendante+".

Catherine Dulac a donc choisi Harvard et fait sa vie là-bas, obtenant in fine la double nationalité.

Elle estime que les Etats-Unis ont des annĂ©es d'avance sur la France pour promouvoir activement l'Ă©galitĂ© hommes-femmes, mais rĂ©guliĂšrement, dans les confĂ©rences, elle raconte ĂȘtre sous-estimĂ©e, ou prise de haut, dans des conversations, par des collĂšgues hommes.

"C'est agaçant, on ne s'attend pas à ce que moi, j'aie quelque chose d'intéressant à dire", relÚve la professeure Dulac, soupirant face à ce qui ressemble fort à un instinct de ses collÚgues mùles.

"all we are:just a dust in the wind"
12 Sep 2020 02:11 #22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 10433
  • Remerciements reçus 9153

RĂ©ponse de ivct sur le sujet Savoir-Faire

"all we are:just a dust in the wind"
25 Sep 2020 03:26 #23

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 10433
  • Remerciements reçus 9153

RĂ©ponse de ivct sur le sujet Savoir-Faire

www.lemonde.fr/sciences/article/2020/10/...6054806_1650684.html
Le prix Nobel de mĂ©decine dĂ©cernĂ© Ă  trois dĂ©couvreurs du virus de l’hĂ©patite C
Le Britannique Michael Houghton et les Américains Harvey Alter et Charles Rice ont été distingués lundi à Stockholm.


Le Britannique Michael Houghton et les AmĂ©ricains Harvey Alter et Charles Rice ont Ă©tĂ© rĂ©compensĂ©s, lundi 5 octobre, par le prix Nobel de mĂ©decine pour « la dĂ©couverte du virus de l’hĂ©patite C ».

Ce prix vient ainsi couronner la « contribution dĂ©cisive » du trio de virologues Ă  la lutte contre une maladie considĂ©rĂ©e comme « un problĂšme de santĂ© mondial majeur, qui provoque la cirrhose et le cancer du foie », a dĂ©clarĂ© le jury Nobel le matin de l’annonce. L’hĂ©patite C cause 400 000 dĂ©cĂšs chaque annĂ©e sur la planĂšte, selon l’Organisation mondiale de la santĂ© (estimation de 2016), et on estime que 71 millions d’individus sont porteurs chroniques de cette infection virale.

Le virus se transmet par le sang. « Les modes d’infection les plus courants passent par l’exposition Ă  de petites quantitĂ©s de ce liquide, notamment lors de la consommation de drogues injectables, de pratiques d’injection Ă  risque, de soins de santĂ© Ă  risque, de la transfusion de sang et de produits sanguins n’ayant pas fait l’objet d’un dĂ©pistage ou de pratiques sexuelles entraĂźnant une exposition au sang », prĂ©cise l’OMS.

« Réalisation historique »
A la fin des annĂ©es 1970, explique le jury, Harvey Alter avait identifiĂ© le fait qu’une contamination hĂ©patique mystĂ©rieuse, qui n’était ni l’hĂ©patite A ni l’hĂ©patite B, avait lieu lors de transfusions. Puis, en 1989, Michael Houghton et son Ă©quipe furent crĂ©ditĂ©s de la dĂ©couverte de la sĂ©quence gĂ©nĂ©tique du virus.

Charles Rice a quant Ă  lui dĂ©cortiquĂ© pendant de longues annĂ©es la façon dont le virus se rĂ©pliquait – des travaux qui ont conduit Ă  l’émergence d’un nouveau traitement rĂ©volutionnaire au tournant des annĂ©es 2010, le sofosbuvir. « Il a apportĂ© la preuve finale que le virus de l’hĂ©patite C pouvait provoquer Ă  lui seul la maladie », a soulignĂ© Patrik Ernfors, le prĂ©sident du comitĂ©, Ă  qui revient le choix des laurĂ©ats. Leur travail « est une rĂ©alisation historique dans notre lutte continue contre les infections virales », a notĂ© Gunilla Karlsson Hedestam, membre de l’assemblĂ©e Nobel, qui dĂ©cerne le prix.

« Ils m’ont rĂ©veillĂ© vers 4 h 15 du matin, a rĂ©agi Ă  la radio publique suĂ©doise Harvey Alter, qui devient, Ă  85 ans, un des laurĂ©ats les plus ĂągĂ©s du Nobel de mĂ©decine – l’ñge record Ă©tant de 87 ans). Je n’avais mĂȘme pas rĂ©alisĂ© que c’était aujourd’hui. C’est Ă©poustouflant. »

Le prix est le premier directement liĂ© Ă  un virus depuis 2008. En 1976, le Nobel Ă©tait dĂ©jĂ  allĂ© Ă  des travaux sur l’hĂ©patite B.


"all we are:just a dust in the wind"
06 Oct 2020 00:45 #24
PiĂšces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 10433
  • Remerciements reçus 9153

RĂ©ponse de ivct sur le sujet Savoir-Faire



Le Nobel de physique rĂ©compense des travaux sur les trous noirs, ces objets dont ni matiĂšre ni lumiĂšre ne peuvent s’échapper
Le Britannique Roger Penrose, l’Allemand Reinhard Genzel et l’AmĂ©ricaine Andrea Ghez sont les laurĂ©ats.


Le prix Nobel de physique a Ă©tĂ© dĂ©cernĂ©, mardi 6 octobre, au chercheur britannique Roger Penrose, Ă  l’Allemand Reinhard Genzel et Ă  l’AmĂ©ricaine Andrea Ghez.

Roger Penrose, 89 ans, a Ă©tĂ© rĂ©compensĂ© pour avoir dĂ©couvert « que la formation d’un trou noir [Ă©tait] une prĂ©diction solide de la thĂ©orie de la relativitĂ© gĂ©nĂ©rale », tandis que Reinhard Genzel, 68 ans, et Andrea Ghez, 55 ans, ont Ă©tĂ© rĂ©compensĂ©s pour « la dĂ©couverte d’un objet compact supermassif dans le centre de notre galaxie », a expliquĂ© le jury Nobel en annonçant le prix Ă  Stockholm.

Andrea Ghez a dit « prendre trĂšs au sĂ©rieux » le fait de devenir la quatriĂšme femme Ă  remporter un prix Nobel de physique – le plus masculin des six prix scandinaves (moins de 2 % de laurĂ©ates). « Je suis ravie de pouvoir servir de modĂšle pour les jeunes femmes qui envisagent d’aller vers ce domaine », a-t-elle rĂ©agi auprĂšs de l’Agence France-Presse (AFP).

Le trou noir, « on ne sait pas ce qu’il contient, on n’en a aucune idĂ©e, c’est pourquoi c’est aussi exotique, ça fait partie de l’intrigue, ça pousse les limites de notre comprĂ©hension », s’est-elle enthousiasmĂ©e, jointe par tĂ©lĂ©phone par la Fondation Nobel.

Roger Penrose, 89 ans, a utilisĂ© la modĂ©lisation mathĂ©matique pour prouver dĂšs 1965 que les trous noirs pouvaient se former, devenant ainsi une entitĂ© Ă  laquelle rien, pas mĂȘme la lumiĂšre, ne peut Ă©chapper. Ses calculs ont prouvĂ© que les trous noirs sont une consĂ©quence directe de la thĂ©orie de la relativitĂ© gĂ©nĂ©rale d’Einstein.

Depuis le dĂ©but des annĂ©es 1990, ses colaurĂ©ats Reinhard Genzel, 68 ans, et Andrea Ghez, 55 ans, ont eux menĂ© des recherches sur une zone appelĂ©e Sagittaire A* au centre de la Voie lactĂ©e. En utilisant les plus grands tĂ©lescopes du monde, ils ont dĂ©couvert un objet extrĂȘmement lourd et invisible – environ 4 millions de fois plus grand que la masse de notre Soleil – qui tire sur les Ă©toiles environnantes, donnant Ă  notre galaxie son tourbillon caractĂ©ristique.

Les trous noirs supermassifs sont une Ă©nigme de l’astrophysique, notamment sur la façon dont ils deviennent aussi gros. Leur formation est au cƓur des recherches en astrophysique moderne. Les scientifiques pensent qu’ils dĂ©vorent, Ă  une vitesse folle, tous les gaz Ă©mis par des galaxies trĂšs denses qui les entourent. Comme ils sont invisibles, on ne peut les voir que par contraste, en observant les phĂ©nomĂšnes qu’ils suscitent dans leur proche environnement. Une premiĂšre image rĂ©volutionnaire avait Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©e au monde en avril 2019.

"all we are:just a dust in the wind"
Merci pour ce message de la part de : isa_
DerniĂšre Ă©dition: 07 Oct 2020 05:32 par ivct.
07 Oct 2020 05:30 #25
PiĂšces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 10433
  • Remerciements reçus 9153

RĂ©ponse de ivct sur le sujet Savoir-Faire

"Remue-mĂ©ninges est l'Ă©quivalent français du terme anglo-saxon brainstorming. Il s'agit de se rĂ©unir en groupe afin d'Ă©changer des idĂ©es sur un mĂȘme sujet afin de trouver un concept ou de dĂ©gager une pensĂ©e crĂ©ative.
Traduction anglais : brainstorming "


www.liberation.fr/sciences/2020/10/07/no...nifer-doudna_1801650

Avec l'Américaine Jennifer Doudna, elles ont inventé l'outil que le génie génétique attendait pour tenir ses promesses. Les deux chercheuses ont reçu ce mercredi le prix Nobel de chimie.

Le prix Nobel de chimie est attribuĂ© Ă  la Française Emmanuelle Charpentier et l’AmĂ©ricaine Jennifer Doudna pour leur dĂ©couverte de la technique de modification du gĂ©nome appelĂ© Crispr-Cas9. Elles sont les sixiĂšme et septiĂšme femmes Ă  remporter un Nobel de chimie depuis 1901. La gĂ©nĂ©ticienne française espĂšre apporter «un message trĂšs fort» aux jeunes filles, avec ce prix remportĂ© pour la premiĂšre fois par un duo 100% fĂ©minin.

Génie génétique
Cette technique est celle que le gĂ©nie gĂ©nĂ©tique attendait pour tenir toutes ses promesses. En effet, avant 2012, l’insertion d’un gĂšne dans un gĂ©nome restait alĂ©atoire et peu fiable. Crispr-Cas9 est trĂšs, trĂšs spĂ©cifique. Elle permet de couper l’ADN Ă  un endroit prĂ©cis.

Les deux chercheuses ont déjà reçu plusieurs prix, comme le Breakthrough Prize (2015), le prix scientifique de la Princesse des Asturies (2015) ou encore le prix Kavli pour les nanosciences en NorvÚge (2018).

Depuis leur dĂ©couverte, publiĂ©e dans Science, la technique s’est rĂ©pandue dans tous les laboratoires de biologie molĂ©culaire. Parfois pour le pire. L’annonce, en novembre 2018, de la naissance des premiers bĂ©bĂ©s humains gĂ©nĂ©tiquement modifiĂ©s en Chine par He Jiankui, professeur d’universitĂ© Ă  Shenzhen, repose sur la technologie Crispr.

DĂ©couverte

Cette dĂ©couverte vient de l’observation des bactĂ©ries. Celles-ci ont dans leur gĂ©nome des sĂ©quences bizarres. Comme si la mĂȘme sĂ©quence palindromique Ă©tait rĂ©pĂ©tĂ©e plusieurs fois. Elles sont appelĂ©es Crispr pour «Clustured Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats» [courtes sĂ©quences rĂ©pĂ©tĂ©es palindromiques, regroupĂ©es et rĂ©guliĂšrement espacĂ©es, ndlr].

Les chercheurs se sont ensuite aperçus que les sĂ©quences Crispr qui encadraient des sĂ©quences Ă©taient identiques Ă  celles de certains virus infectant les bactĂ©ries. Mieux, si une bactĂ©rie a la sĂ©quence d’un virus dans ses sĂ©quences Crispr, elle est immunisĂ©e contre celui-ci.

SchĂ©matiquement, si le virus l’infecte, la bactĂ©rie reconnaĂźt l’ADN de l’assaillant. La bactĂ©rie traduit la sĂ©quence Crispr en ARN. Cet ARN s’allie avec une protĂ©ine spĂ©cialisĂ©e dans la dĂ©coupe d’ADN (appelĂ©e Cas) puis se fixe sur l’ADN du virus et Cas le dĂ©coupe. Si ce n’est plas clair, Emmanuelle Charpentier a prĂ©sentĂ© sa dĂ©couverte lors de son Ă©lection Ă  l’acadĂ©mie des sciences en 2018.



Tout le travail depuis 2012 a Ă©tĂ© de dĂ©tourner ce systĂšme immunitaire bactĂ©rien pour couper oĂč l’on veut l’ADN que l’on veut. Jennifer Doudna et Emmanuelle Charpentier concluaient leur article de maniĂšre prĂ©monitoire : «Nous proposons une mĂ©thode alternative basĂ©e sur des Cas9 programmĂ©e par ARN avec un potentiel considĂ©rable pour des applications d’édition de gĂ©nome et de ciblage de gĂšne».

«La santĂ© de la recherche en France n’est pas au mieux»
Emmanuelle Charpentier est nĂ©e Ă  Juvisy-sur-Orge (Essonne), mais elle ne travaille plus en France depuis l’obtention de son doctorat en 1995. Etats-Unis, Autriche, SuĂšde et maintenant Allemagne, elle a travaillĂ© dans des institutions prestigieuses internationales. Elle dirige aujourd’hui l’Institut Max Planck de Berlin.

Elle donnait son avis sur la recherche française dans l’Express en 2016 : «La santĂ© de la recherche en France, comme dans d’autres pays europĂ©ens, n’est pas au mieux et je suis touchĂ©e, voire dĂ©primĂ©e, lorsque j’en discute avec mes collĂšgues français. Je ne sais pas si, Ă©tant donnĂ© le contexte, j’aurais pu mener Ă  bien le projet Crispr-Cas 9 en France. Si j’avais fait une demande de financement, il est probable que l’Agence nationale de la recherche n’aurait pas allouĂ© de fonds Ă  mon projet. On parle de fuite des scientifiques, les fameux "cerveaux", mais il y a un nombre incroyable d’excellents chercheurs qui n’ont pas quittĂ© la France.»

Une dĂ©claration qui n'empĂȘche pas la rĂ©cupĂ©ration politique par le gouvernement. Dans son tweet de fĂ©licitations, le Premier ministre nie l'Ă©vidence et considĂšre que ce prix «consacre, Ă  nouveau, l’excellence et l’attractivitĂ© internationale» de la recherche française.

Olivier Monod avec AFP

"all we are:just a dust in the wind"
07 Oct 2020 20:15 #26
PiĂšces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 10433
  • Remerciements reçus 9153

RĂ©ponse de ivct sur le sujet Savoir-Faire

www.lemonde.fr/societe/article/2020/10/0...es_6055398_3224.html
Le prix Nobel de la paix décerné au Programme alimentaire mondial des Nations unies
Le PAM, crĂ©Ă© en 1963 pour lutter contre la faim dans le monde, a Ă©tĂ© rĂ©compensĂ© pour « sa contribution Ă  l’amĂ©lioration des conditions de paix dans les zones touchĂ©es par les conflits ».


Le prix Nobel de la paix a été décerné, vendredi 9 octobre, au Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies.

Le PAM est rĂ©compensĂ© pour « ses efforts de lutte contre la faim, pour sa contribution Ă  l’amĂ©lioration des conditions de paix dans les zones touchĂ©es par les conflits et pour avoir jouĂ© un rĂŽle moteur dans les efforts visant Ă  empĂȘcher l’utilisation de la faim comme arme de guerre », a dĂ©clarĂ© la prĂ©sidente du comitĂ© Nobel, Berit Reiss-Andersen.

L’ONU distinguĂ©e pour la douziĂšme fois

Un porte-parole de l’ONU a fait part d’un « moment de fiertĂ© ». Le Programme alimentaire mondial (PAM) est « trĂšs honorĂ© » d’avoir reçu le prix Nobel de la paix vendredi, a dĂ©clarĂ© son directeur exĂ©cutif, l’AmĂ©ricain David Beasley : « C’est une formidable reconnaissance de l’engagement de la famille PAM qui Ɠuvre chaque jour Ă  Ă©radiquer la faim dans plus de 80 pays. » « Je suis sans voix pour la premiĂšre fois de ma vie », a-t-il ajoutĂ© dans une vidĂ©o oĂč il rend hommage aux 17 000 employĂ©s du PAM. « Ils sont sur le terrain, dans les zones les plus difficiles, les plus complexes de la planĂšte, que ce soit Ă  cause de la guerre, des conflits, des conditions climatiques extrĂȘmes, peu importe, ils sont sur le terrain et ils mĂ©ritent cette rĂ©compense », a soulignĂ© M. Beasley.

C’est la douziĂšme fois que le prix de la paix consacre les Nations unies, une de ses agences ou une personnalitĂ© qui y est liĂ©e. Le comitĂ© Nobel norvĂ©gien a fait valoir que le besoin de solutions multilatĂ©rales Ă©tait « plus visible que jamais ». Le prix, qui consiste en une mĂ©daille d’or, un diplĂŽme et une somme de 10 millions de couronnes suĂ©doises (prĂšs de 950 000 euros), sera formellement remis le 10 dĂ©cembre, date anniversaire de la mort de son fondateur, l’industriel et philanthrope suĂ©dois Alfred Nobel (1833-1896).

Crise du Covid-19 oblige, la prĂ©sidente du comitĂ© Nobel norvĂ©gien, Mme Berit Reiss-Andersen, a rĂ©vĂ©lĂ© le nom du laurĂ©at dans la grande salle de l’Institut Nobel Ă  Oslo, devant une assistance trĂšs clairsemĂ©e.

"all we are:just a dust in the wind"
09 Oct 2020 23:29 #27

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 10433
  • Remerciements reçus 9153

RĂ©ponse de ivct sur le sujet Savoir-Faire

"all we are:just a dust in the wind"
28 Oct 2020 23:38 #28

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 10433
  • Remerciements reçus 9153

RĂ©ponse de ivct sur le sujet Savoir-Faire

"all we are:just a dust in the wind"
29 Oct 2020 01:08 #29

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 10433
  • Remerciements reçus 9153

RĂ©ponse de ivct sur le sujet Savoir-Faire

"all we are:just a dust in the wind"
29 Oct 2020 03:39 #30

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.